NUIT BLANCHE A PARIS

(projet école)
 

Pour cette nouvelle édition de la Nuit Blanche, la mairie de Paris propose de guider les visiteurs entre chaque intervention. La nuit blanche en tant que durée : 12h pour découvrir un « parcours artistique consacré à l’art contemporain ». La Nuit en tant que nuit ? non, en tant que Commencement de la journée  (dans la symbolique celte). L’événement en quatre phases : l’introduction /  l’avant (préparatifs), le début, l’ « en cours », la fin, évoluant au fil des heures. Pour ne pas venir surcharger la ville d’une signalétique lumineuse supplémentaire, le Son s’impose alors comme guide, il devient parcours musical, il appelle, invite et modélise le passage. Il est l’espace collectif où chacun imagine le sien. Cette diffusion ambiante agit comme une horloge temporelle qui place le visiteur dans un espace temps dans lequel il circule librement. Le travail de diffusion permet d’évoquer une vibration, un battement grâce aux variations d’intensité, de disposition et de stratification.
Le projet s’articule autour de l’évolution de la nuit, l’évolution du parcours, l’évolution du son.
Le choix d’une musique (contrairement aux bruits ambiants et quotidiens de la ville : sonneries de portable, klaxons, métro, voix…, à tendance stressante, agressive et répétitive) appelle l’évasion, l’élévation, nous invite au rêve…
La musique électronique nous paraît  la plus appropriée. Cette musique est séquencée, progresse comme notre approche de la nuit blanche avec ses quatre phases .
Un dispositif d’enceintes au sol, placé au pied des poteaux sur les trottoirs, permettra de guider et de créer le parcours, en offrant une interactivité avec les visiteurs ; bien que la forme des enceintes se « fondent » dans le décor (verticale et étroite, greffées aux plots).

For this new edition of the « Sleepless night », the city hall of Paris suggests to guide the visitors between every intervention. During this 12-hour sleepless night you can discover an  » artistic ride  dedicated to the contemporary art « . The Night as dark night? No, as the Beginning of the day (in the Celtic symbolism). The event in four phases: introduction / arrangements,  beginning,  in progress and the end, changing according to the time. To avoid overloading the city with an additional bright signal system, the Sound then stands out as a guide, becomes a musical ride, calls, invites and models the passage. It is the collective space where each can imagines his own. This ambient distribution acts as a temporal clock which places the visitor in a space time in which he circulates freely. The work of distribution allows to evoke a vibration, a beating thanks to the variations of intensity, arrangement and stratification. The project articulates around the night evolution, the evolution of the course, the evolution of the sound. The choice of a music (contrary to the ambient and daily noises of the city: mobile bells, horns, subway, voices, rather stressful, aggressive and repetitive) calls for escape, rise, and dream … The electronic music seems to us the most appropriate. This music is cut, progresses as our approach of the sleepless night event with its four phases. A device of surrounding speakers on the ground, set around the posts on the pavements, will allow to guide and to create the ride, by offering an interactivity with the visitors; although the shape of surrounding speakers blends in the set (vertical and narrow, tied to  contacts).

Système poteau / enceinte

Musique à savourer : wax tailor/ « ungodly fruit »  «que sera » « the way we lived » (album Hope and Sorrow)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s